Fédération de Saône-et-Loire (71)

Fédération de Saône-et-Loire (71)
Accueil > Sections du 71 > Gueugnon
 

Agenda 71



Flux rss

 
 
 

Gueugnon - L'école vaut mieux que ça !

Rythmes scolaires : L'école vaut mieux que ça !

Le Front de gauche Gueugnon tient à affirmer son soutien aux représentants des parents d’élèves élus des écoles de Gueugnon qui appellent à rejoindre le mouvement national de boycott de cette réforme.

Comme les élus communistes gueugnonnais l’avaient exprimé en conseil municipal, et comme le Front de gauche l’avait écrit dans une de ses publications du printemps dernier, nous pensons que l’école de la république vaut mieux que cette pseudo-réforme, sans moyens.

Après une concertation en trompe l’œil, un passage en force ministériel, et un vote de cette loi sur les rythmes scolaires, de nombreux problèmes se posent, et sont posés, que ce soit sur les mises en place à venir, mais aussi sur les mises en place effectives depuis la rentrée 2013.

Rappelons quand même que Le Conseil Supérieur de l’Education qui regroupe principalement des représentants des organisations syndicales enseignantes et des parents d’élèves avait rejeté le décret sur les rythmes scolaires.

Le front de gauche Gueugnon est formellement opposés à cette pseudo réforme cachée derrière le soi-disant Intérêt de l’Enfant :

Parlons intérêt de l’enfant : L’intérêt de l’Enfant c’est quoi :

  • Des classes non surchargées,
  • Des enseignants bien formés, en nombre suffisant, pouvant apporter à tous l’aide nécessaire,
  • De meilleures conditions de vie, de travail, de logement, de santé, pour sa famille
  • Une école gratuite
  • Un accès à tous les savoirs (culture, sport, musique...)

Culture commune contre école à la carte

Cette réforme des rythmes scolaires détourne d’un travail sur les contenus, les pratiques et les conditions d’apprentissage, là où se fabrique l’échec scolaire.

L’urgence politique est à la construction d’une école de la réussite pour tous : elle doit viser non pas à moins d’école mais à plus et mieux d’école, à l’accès de tous à une culture commune de haut niveau, sous peine d’aggraver encore les inégalités.

Ni socle commun, ni externalisation ! Pour une école vraiment commune, les missions du scolaire et du périscolaire doivent être clairement définies, dans le respect du rôle de chacun.

Ni marchandisation, ni individualisation

En rejetant dans le temps périscolaire des activités et des apprentissages, l’école publique sera dépendante de la volonté et des moyens des collectivités locales. C’est la porte ouverte à une marchandisation de l’éducation et à une remise en cause du caractère national de l’école.

Égalité républicaine : non à l’acte III de la décentralisation !

La réforme Peillon est à la charge des communes, alors même que les moyens alloués aux écoles par les communes varient encore de un à dix ! Stop !! Ça suffit !!

L’acte III de la décentralisation remet en cause le principe de l’égalité républicaine. Sur fond de politique d’austérité, le gouvernement veut imposer une territorialisation de l’école qui aggrave les disparités au lieu de les corriger.

OUI à une AUTRE école

Défendre le service public - Imaginer l'école de demain

  • Repenser la progressivité des apprentissages, dans le cadre d’une scolarité obligatoire élargie (de 3 à 18 ans), pour en finir avec la mise en échec des élèves ;
  • Engager une réforme des programmes, dans une approche culturelle des apprentissages et sur le modèle de l’élève qui n’a que l’école pour apprendre ;
  • Améliorer les conditions de travail et les conditions d’apprentissage, par la baisse des effectifs et le renforcement des équipes pédagogiques ;
  • Restaurer tous les postes supprimés sous Sarkozy, titulariser tous les précaires ;
  • Doter les écoles de matériels permettant un épanouissement des élèves et un bien vivre à l’école;
  • Recruter des ATSEM et pérenniser leur statut ;
  • Instaurer une formation initiale et continue des enseignants, ancrée dans les réalités du métier et ouverte à la recherche ;
  1. Revaloriser la condition enseignante en mobilisant la profession autour d’objectifs ambitieux et en augmentant les salaires.
  2. Rétablissement des Rased (réseaux d'aides spécialisées aux élèves en difficulté
  3. Prise en charge par l’Éducation Nationale, de l'ensemble des dépenses générées.

Pour une alternative à gauche

Les espoirs créés par la défaite de Sarkozy ne doivent pas être dilapidés. Sur le terrain éducatif, il faut rompre avec les mesures d’inspiration néo-libérale héritées de Sarkozy. Et engager la transformation de l’école, dans une perspective égalitaire et émancipatrice. Dans les services publics, il faut en finir avec les critères de rentabilité. Et partir des besoins de la population, en renouant un dialogue démocratique sur l’ensemble du territoire.

Une autre politique à gauche au service de l’éducation et dans l’intérêt de nos enfants est possible.

Le Front de Gauche vous invite à rejoindre le mouvement de grogne national contre cette réforme des rythmes scolaires le 13 novembre prochain en contribuant à l’opération « classes vides »

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.