Fédération de Saône-et-Loire (71)

Fédération de Saône-et-Loire (71)
Accueil
 

Agenda 71



Flux rss

Pépites vidéos

  • Actu' mardi 21 mars - Industrie : stop la casse

  • Actu' du mardi 21 mars - Industrie : Stop la casse !

 
 
 

Soirée-débat de Digoin sur l'entreprise

Emploi et entreprise, de nouveaux pouvoirs pour les travailleurs

Soirée débat jeudi 30 mars 20h00 Digoin Annexe salle des fêtes.

Etat des lieux :

Pour 2016 les entreprises du CAC 40 annoncent 46 Milliards de dividendes, 9,5 M de rachat d’actions (Soit 13% d’augmentation sur 1 an)

A cela s’ajoute 40 milliards de CICE (Aperam 500 000 , ALLIA ?) et 6 M de CIR, 200 M en niches fiscales, exonérations de cotisations sociales et de subventions.

Pour la totalité des entreprises françaises c’est 220 Milliards de dividendes versés !

Or, depuis des années, sous prétexte de manque de compétitivité, le patronat, avec le Medef, impose des politiques d’austérité salariale et de régression sociales à l’ensemble des travailleurs. Cela conduit à la désindustrialisation de nos territoires en général et plus particulièrement de la région Digoinaise en ce moment avec les plans sociaux qui on secoués la Faïencerie il y a quelques temps et celui qui menace ALLIA en ce moment.

Les emplois disparaissent, la précarité se développe. Digoin en fait aussi les frais, Les Restos du Cœur ont dû aider 250 familles cette hiver, 30 de plus qu’en 2016 (Source JSL du 27 mars 2017).

Pourtant l’argent existe les chiffres plus haut le montre. Ce n’est pas le travail qui coûte cher pour l’entreprise mais bien le capital.

Entre 1999 et 2008, la part des richesses créées en France et reversées aux actionnaires sous forme de dividendes augmentait de 50 %, En Allemagne elle diminuait de 10% ! Alors si on nous vente si souvent la réussite Allemande, pourquoi ne réduit-on pas le revenu des actionnaires en France ?

Les politiques de ces dernières années le démontrent, si l’on se contente de ne faire que des déclarations électorales fustigeant la finance, rien n’avancera.

Propositions :

Nous pensons que rien ne peut changer sans l’intervention des travailleurs dans l’entreprise par la mise en place de droits nouveaux pour les représentants du personnels et la mise en place d’élus politiques au niveau national comme au niveau local qui voterons les lois nécessaires et les ferons appliquer.

Comme le disait Jean Jaurès, «La grande Révolution a rendu les Français rois dans la cité et les a laissés serfs dans l’entreprise». Le contrat de travail étant le seul contrat de subordination dans notre pays, il est temps de faire rentrer la citoyenneté dans l’entreprise.

Pour cela nous proposons concrètement :

  • -  L’abrogation de la loi travail qui renforce le CICE en limitant le SMIG, qui inverse la hiérarchie des normes dans les négociations d’accords, qui réduit le pouvoir de la médecine du travail.

  • -  Accorder de nouveaux droits de contrôle aux CE, CCE , CEE , sur les finances de leurs entreprises, avec un droit de véto suspensif des CE.

  • -  Instaurer le droit pour les salariés à un vote de défiance à l’égard des dirigeants d’entreprises ou des projets stratégiques.

  • -  Mettre en place un droit de reprise de l’activité par les travailleurs en coopératives avec les aides financières nécessaire sous forme de prêts à bas taux et une aide à la gestion le temps du prêt.

    Mais la première des priorités est d’arrêter l’hémorragie des fermetures de sites en revoyant les aides aux entreprises pour les réorienter vers la régénération des usines et des emplois.

    La deuxième urgence est que le secteur industriel puisse répondre au besoin et à l’intérêt général.

    Mais pas de reconquête industrielle sans salarié(e)s.
    Pour une vraie égalité salariale entre les femmes et les hommes, entre les travailleurs valides et les travailleurs handicapés.
    Pour un réel accès au monde du travail pour ces derniers, trop de grandes entreprises ne jouent pas le jeu de leur embauche et remplissent leurs obligations légales avec les personnes déjà à l’entreprise et devenant reconnu avec un handicap après un aléa de la vie professionnelle ou personnelle.

Après cette présentation de Philippe Bonnot, les interventions furent nombreuses et un représentant syndical d'Allia a présenté la situation des salariés en lutte pour leur emploi.

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.